Actualité
 09/06/2020
Actualités

AVEC NOUS, TOUT EST SEA CLAIR : LES DELAIS POST COVID EN DROIT DU TRAVAIL

Pour sortir du fouillis des ordonnances modifiant les délais, en droit du travail, post covid :

Les suspensions/prorogations… :

- ne s’appuient pas sur la période de crise sanitaire, mais sur une « période juridiquement protégée » (PJP). Les deux notions n’ont pas la même date de fin. La PJP se termine le 23 juin à minuit.

- En matière civile, elles ne s’appliquent qu’au délai se terminant entre le 13 mars et le 23 juin minuit. Un délai prenant fin le 24 juin, garde sa date prévue.

- La fin de la PJP fait renaitre le délai applicable à l’action, la prescription … dans la limite de 2 mois maximum.

Ex : Saisie-attribution : Je dispose d’un mois pour saisir le JEX. Ma saisie m’est notifiée le :
  • 10 février 2020, mon délai a expiré le 10 mars 2020. Pas d’effet.
  • 20 février 2020, mon délai expirait le 20 mars  2020 pendant la PJP. Le délai d’un mois est donc reporté à la fin de la PJP soit une nouvelle date au 23 juillet 202.
  • 30 mai  2020, mon délai expire le 30 juin  2020, hors PJP. Pas d’effet.
Ex : conclusions d’appel (hors calendrier) : les conclusions du confrère me sont notifiées le :
  • 10 décembre 2020, mon délai a expiré le 10 mars 2020. Pas d’effet.
  • 14 décembre 2020, mon délai expirait le 14 mars  2020 pendant la PJP. Le délai de 3 mois devrait donc être reporté à la fin de la PJP soit une nouvelle date au 23 septembre  2020. Sauf que le délai maximal ne peut être étendu au-delà de 2 mois suivant la PJP. Le nouveau délai de notification de mes conclusions est donc le 23 août  2020.
  • 30 mars 2020, mon délai expire le 30 juin 2020 hors PJP. Pas d’effet.
Ex : contestation du licenciement économique : le CSP du salarié a pris effet le :
  • 10 mars 2019, son délai de contestation a expiré le 10 mars 2020. Pas d’effet.
  • 14 mars 2019, son délai de contestation expirait le 14 mars 2020, pendant la PJP. Le délai d’un an devrait donc être reporté à la fin de la PJP soit une nouvelle date au 23 juin 2021. Sauf que le délai maximal ne peut être étendu au-delà de 2 mois suivants la PJP. Le nouveau délai de prescription de contestation du licenciement est donc le 23 août 2020.
  • 30 juin 2019, son délai de contestation expire le 30 juin 2020, hors PJP. Pas d’effet.
- En matière administrative, la PJP a eu des effets sur toutes les demandes où l’administration doit :
  • Prendre une décision,
  • Donner un accord,
  • Émettre un avis.
Dans ces situations, les ordonnances prévoient :
  • Le point de départ du délai,
  • La date à laquelle le délai est échu (refus implicite en matière sociale).  
- S’agissant du point de départ de la demande :
  • Si la demande a été reçue pendant la PJP, le délai commence à courir à la fin de la PJP (24 juin 2020 = J1)
  • Si la demande a été reçue avant la PJP, le délai de réponse est suspendu. Le point de départ reste la date à laquelle l’administration a été saisie de la demande.
-    S’agissant de la décision/de l’avis/de l’accord :
  • Si la demande a été reçue pendant la PJP, le délai commence à courir à la fin de la PJP (24 juin 2020 = J1 du décompte)
  • Si la demande a été reçue avant la PJP, le délai de réponse a été suspendu le 13 mars. Le délai restant à courir au 13 mars redémarre au 24 juin.
Ex : Demande d’autorisation d’un salarié protégé : la demande a été reçue par l’administration le :
  • 2 avril 2020, pendant la PJP : le point de départ pour la décision de l’administration est la fin du PJP. Le 1er jour du délai est le 24 juin. À défaut de réponse, une décision implicite de rejet naîtra le 24 août 2020.
  • 2 mars 2020, soit avant la PJP : le point de départ pour la décision de l’administration est le 3 mars 2020. 10 jours du délai se sont écoulés. Il restait donc 1 mois et 21 jours à l’administration pour prendre sa décision. La reprise de ce délai démarre au 24 juin 2020. À défaut de réponse, une décision implicite de rejet naîtra le 14 août 2020.

COORDONNÉES

Sea Avocats

71 Boulevard Gouvion Saint Cyr
75017 PARIS FRANCE

+33 618 314 379

NEWSLETTER : avec nous c'est SEA simple

Inscrivez-vous à notre newsletter et nos flashs en droit du travail

* Les informations identifiées par un astérisque sont obligatoires. A défaut, votre demande ne pourra pas être traitée ou son traitement sera retardé.
Les données collectées à partir de ce formulaire sont destinées au Cabinet SEA AVOCATS pour la gestion des abonnements aux lettres d’information et aux événements organisés par le Cabinet. Ces données font l’objet d’un traitement informatique.
Conformément à la réglementation en matière de protection des données personnelles, vous disposez d'un droit d'accès, d’interrogation, de rectification, d’effacement, de portabilité, de limitation des informations qui vous concernent. Vous disposez également d’un droit d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel ainsi que d’un droit d’opposition à ce que ces données soient utilisées à des fins de prospection commerciale.
Vous disposez enfin du droit de définir des directives générales et particulières quant aux modalités d’exercice de ces droits après votre décès et celui d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre politique de protection des données personnel figurant à l’onglet « Politique de confidentialité » du présent site web.
Pour exercer vos droits ou pour toute question en relation avec vos données personnelles, vous devez adresser un courrier à SEA AVOCATS accompagné de la photocopie d’un titre d’identité comportant votre signature, à l’adresse postale suivante : SEA AVOCATS, 71 Boulevard Gouvion Saint Cyr 75017 PARIS FRANCE ou à l’adresse de courrier électronique à l’adresse suivante : nicolas.sauvage@sea-avocats.com